Recettes pour l'ostéoporose

L'ostéoporose : définition

Chef cuisinier

Recettes de cuisine diététiques pour l'ostéoporose.

 

 

L’ostéoporose est la plus fréquente des maladies métaboliques osseuses. Près de la moitié des femmes de plus de 50 ans des pays développés, sont touchées par cette pathologie. Elle est caractérisée par une diminution de la masse osseuse, favorisant les fractures au moindre traumatisme squelettique de la vie courante. 

 

Les fractures sont des complications fréquentes et souvent graves de l’ostéoporose. Les os les plus exposés sont les vertèbres (tassements fréquents), le col du fémur, et l’extrémité distale du radius. Il n’y a aucun signe clinique de l’ostéoporose tant qu’il n’y a pas eu de complication.

 

La diététique intervient surtout dans la prévention de l’ostéoporose, par des apports réguliers et importants en calcium alimentaire, mais également en vitamine D, et ce, dès le plus jeune âge. La diététique, évidemment, joue également un grand rôle dans la limitation de la progression de l’ostéoporose, dès lors que celle-ci se déclare. 

 

Les réserves en calcium se font de la naissance jusque vers environ 30 ans, puis un changement hormonal s’opère, et les os se déminéralisent de plus en plus rapidement avec l’âge (surtout chez les femmes). A noter que cette déminéralisation osseuse est accélérée par des carences nutritionnelles en calcium et en vitamine D, lors d’alitement prolongé, de traitement médical prolongé à base de cortisone (la corticothérapie) et à forte dose, par la sédentarité, par certains traitements hormonaux, par la ménopause, par une insuffisance rénale, par le sexe...

 

 

Les os et les dents constituent des réserves actives en calcium pour l’organisme. Dès lors qu’il y a insuffisance chronique d’apports alimentaires en calcium, l’organisme puise le calcium nécessaire à son homéostasie, systématiquement dans ses réserves osseuses et dentaires. A terme, cela constitue la définition même de l’ostéoporose.

 

Le calcium d’origine alimentaire nécessite impérativement l’action de la vitamine D (une fois activée par les reins), pour son absorption intestinale et pour sa fixation sur les os. Donc, sans apports suffisants en vitamine D (d’origine alimentaire et d’origine endogène par synthèse de celle-ci sous la peau par l’action des U.V du soleil), consommer suffisamment de calcium alimentaire ne sert pratiquement à rien (car seul 10 à 15% du calcium alimentaire se retrouve dans ce cas absorbé !)

 

Les meilleures sources alimentaires en calcium sont tous les produits laitiers surtout ceux d’origine animale. On parle d’excellente biodisponibilité du calcium d’origine laitière. C’est dû à la présence conjointe de protéines animales et de vitamine D3. Mais on trouve également du calcium dans les viandes, poissons (notamment dans leurs arêtes), les œufs, les légumes verts, les fruits (notamment les oléagineux), chez certaines graines (les graines de sésame sont les plus grosses sources alimentaires connues en calcium !), les eaux calcaires (du robinet ou dans certaines eaux minérales : La Talians, Courmayeur, Contrex...) ainsi que dans des laits végétaux tels les laits de soja, d’amande, de noisette, de noix de coco...

 

Les meilleures sources alimentaires en vitamine D sont tous les poissons gras (saumon, espadon, anguille, hareng...), le beurre, les œufs, le lait de mammifère et surtout le foie de morue ainsi que sa très fameuse huile. Le foie stocke la vitamine D, et c’est fort heureux ! Car couvrir les besoins quotidiens recommandés en vitamine D, et ce uniquement par l’alimentation, c’est extrêmement difficile.

 

L’activité physique est tout aussi capitale au regard de la prévention et du traitement diététique de l’ostéoporose, que les apports alimentaires en calcium et en vitamine D !

 

En effet, l’activité physique régulière, à votre rythme : marche à pied, vélo, travaux d’entretien de la maison, jardinage... stimule la masse musculaire et entretient efficacement votre masse osseuse (ainsi que votre masse musculaire), rendant celle-ci plus forte et moins enclin à la déminéralisation prématurée et/ou accélérée, responsable à terme d’ostéoporose.

Gant de cuisine
Cuisinier qu cuisine

Recette de gâteau de semoule aux fruits sans sucre

 

 

Temps total à prévoir : environ 50 minutes.

 

Ingrédients (pour 4 personnes) :

 

  • 500g de fruit frais au choix : pomme, poire, banane...

  • 4 œufs.

  • 400 ml de lait d’amande nature.

  • 60g cru de semoule de riz.

  • 2 cuillères à soupe de sucralose.

 

 

Technique culinaire :

 

  • Cuire la semoule dans le lait d’amande chaud sans cesser de remuer.

  • Edulcorer (intégrer le sucralose) à la préparation après cuisson.

  • Incorporer dans cette préparation refroidie le fruit coupé en petits dés.

  • Incorporer ensuite les jaunes d’œufs et les blancs battus en neige.

  • Dresser dans une terrine ou dans des ramequins.

  • Enfourner à four chaud : 170°C à 180°C au bain marie pendant 20 minutes.

  • A consommer à la température ambiante, bon appétit !

Livres sur étagère

Mon ouvrage de recettes diététiques publié

Cette recette est publiée au sein de mon ouvrage : "Recettes et menus pour l'ostéoporose".

Le lien appartenant à l'illustration vous envoi chez mon éditeur, d'où vous pourrez y feuilleter gratuitement quelques pages, mais également le commander.

Presque tous mes ouvrages sont édités en ebook.

Tous mes livres peuvent être commandés chez votre libraire, et sont également disponibles chez Amazon, La Fnac, Decitre, etc.

Femme qui cuisine
Livre ouvert

Mes autres ouvrages de publiés...

Plante aux fleurs jaunes et vertes

Retour haut de page